Extatosoma tiaratum

Fiche d’élevage.

Extatosoma tiaratum Macleay.

Classification.
Sous-ordre : Anareolatae
Famille : Phasmatidae
Sous-famille : Tropidoderinae
Tribu : Tropidoderiini

Origine.
Australie.

Description et élevage.
Extatosoma tiaratum est une espèce très répandue en élevage. C’est notamment l’espèce par laquelle on commence lorsqu’on s’intéresse aux grandes espèces. Pourtant, alors que son élevage ne représente pas de difficultés, de nombreux éleveurs ont ces dernières années perdus leur souche suite à une importante mortalité chez les jeunes. Il devenait ainsi difficile de s’en procurer. L’espèce étant élevée depuis longtemps, je pense que dans bons nombres de cas, la souche était fragilisée par la consanguinité. De ce fait, l’espèce est toujours autant recherchée.

Extatosoma tiaratum est un phasme épineux de couleur beige-clair à marron-foncé. La femelle est aptère et peut atteindre 15 cm de long. La tête présente quelques petites épines ressemblant un peu à celle d’hétéropterix dilatata et porte de courtes antennes. Les pattes sont assez courtes mais sont très développées, fémurs et tibias élargis portant des épines. L’abdomen est sur la face ventrale couvert de fines épines. Sur la face dorsale, on remarque des excroissances sur deux lignes médianes jusqu’à l’apex ainsi que sur les côtés des quatre derniers segments. L’abdomen, très dilaté au moment de la ponte, est en général recourbé donnant à l’insecte une allure de scorpion.

Le mâle, ailé, est beaucoup plus fin et court (10 cm). Les antennes sont très longues et les pattes, malgré qu’elles soient plus fines que la femelle, sont bien développées. Il vole peu mais bien, en particulier autour d’une lampe.

Les oeufs sont pondus au hasard. On les entend d’ailleurs tomber et rebondir au fond de la cage. La femelle en pond 2 à 3 tous les deux jours. Ils sont sphériques, legèrement ovales avec un opercule bien visible. Ils sont luisants, beiges rayés de marron-noir. L’incubation est d’environ 6 mois dans les conditions décrites précédemment pour les autres phasmes.

A la naissance, les juvéniles sont très fins, noirs avec la tête rouge. Ils sont alors très actifs et rapides se déplaçant dans toute la cage. L’abdomen est recourbé. Puis, ils s’immobilisent, le plus souvent sous une feuille pendant parfois plusieurs heures. Il arrive également qu’ils se balancent sur les deux paires de pattes arrière, les pattes avant tendues ou cherchant à s’agripper à quelque chose. On retrouvera ce comportement à tous les stades.

Au 2ème stade, les jeunes prennent une couleur marron-clair. Il devient possible d’identifier les mâles des femelles grâce à la plaque génitale. Puis, les caractères de chaque sexe se précisent, les jeunes ressemblant en miniature à l’imago. Le mâle est mature avant la femelle et a une durée de vie plus courte.

L’élevage se fait dans une cage ou un terrarium assez grand (40x50x50) pour que les insectes puissent muer sans risquer de s’abîmer. Les côtés sont vitrés pour garder l’humidité et le couvercle est en tulle ou grillage plastique à mailles fines. Le fond est recouvert de sable, lavé auparavant pour éviter les parasites. Les oeufs sont récoltés à chaque renouvellement du feuillage et l’enceinte nettoyée.

Nourriture : ronce, rosier.